image_pdf

A propos de l'auteur : Marc Hiver

Marc Hiver
Website
http://marc-hiver.fr
Description
Enseignant-chercheur en sciences de l'information et de la communication, spécialiste d'Adorno et des industries culturelles Université Paris Nanterre. Dernier livre : "Adorno et les industries culturelles - communication, musique et cinéma", L'Harmattan, collection "communication et civilisation" (2011). Depuis septembre 2012, articles dans la Web-revue. Termine un roman satirique et philosophique de science fiction : Le Sommeil de la mort Une aventure coSmique du docteur Hiver Lire le premier chapitre dans son site perso : http://marc-hiver.fr

Edité par Marc Hiver

Le postulat de la forme esthétique comme contenu social sédimenté permet de poser la tension intra-esthétique mais aussi la tension entre la sphère esthétique et la sphère sociale sans réductionnisme politique. Il y a un moment esthétique autonome comme il y a un moment théorique autonome. La tension est d’abord théorique, musicale ou cinématographique. Le raccord au social ou au politique existe par un jeu de médiations d’une sphère à l’autre dans leurs historicités. Et c’est ce qui est expérimenté sur l’exemple du film, "Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain", un produit culturel para-publicitaire à prétention artistique.

« Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain » : réconcilier art et industrie ? – Marc HIVER

Le postulat de la forme esthétique comme contenu social sédimenté permet de poser la tension intra-esthétique mais aussi la tension entre la sphère esthétique et la sphère sociale sans réductionnisme politique. Il y a un moment esthétique autonome comme il y a un moment théorique autonome. La tension est d’abord théorique, musicale ou cinématographique. Le raccord au social ou au politique existe par un jeu de médiations d’une sphère à l’autre dans leurs historicités. Et c’est ce qui est expérimenté sur l’exemple du film, « Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain », un produit culturel para-publicitaire à prétention artistique.

À propos du jazz, et de la théorie critique des industries culturelles, pour comprendre T.W. Adorno, il faut s'immerger dans sa logique, dans les enjeux de sa pensée, bref dans sa problématique et non pas pointer ça et là des contradictions forcément présentes chez un auteur qui refusait l'esprit de système (philosophique) au profit de L'Esprit de l'utopie (titre de l'ouvrage d'un de ses maîtres à penser : Ernst Bloch). Se rappeler aussi que c'est un polémiste (Minima Moralia), et pas seulement un théoricien.

La question du jazz dans l’esthétique de T.W. Adorno : un obstacle à sa réception en France – Marc HIVER

À propos du jazz, et de la théorie critique des industries culturelles, pour comprendre T.W. Adorno, il faut s’immerger dans sa logique, dans les enjeux de sa pensée, bref dans sa problématique et non pas pointer ça et là des contradictions forcément présentes chez un auteur qui refusait l’esprit de système (philosophique) au profit de L’Esprit de l’utopie (titre de l’ouvrage d’un de ses maîtres à penser : Ernst Bloch). Se rappeler aussi que c’est un polémiste (Minima Moralia), et pas seulement un théoricien.

Frank Capra, né en 1897 à Palerme, Sicile, Italie, mort en 1991 à Los Angeles aux États-Unis, est l'incarnation des plus belles années de la comédie hollywoodienne. De ses quarante années de carrière, il donne au cinéma les films les plus représentatifs de son art. En 1976 paraît en France la traduction de son autobiographie : Hollywood Story. Mais quoi de plus suspect qu'une autobiographie ? D'autant qu'elle se double d'un soupçon quant à la thèse avancée par Frank Capra : j'ai été un précurseur du cinéma d'auteur au sein des grands studios hollywoodiens [1920 — 1950]. Pourquoi ne pas accepter de le suivre dans sa description dont le mérite incontestable, au-delà des anecdotes de service, réside dans une topologie assez complète des différentes sphères de l'industrie cinématographique américaine de l'époque ?

Hollywood Story de Frank Capra – Marc HIVER

Frank Capra, né en 1897 à Palerme, Sicile, Italie, mort en 1991 à Los Angeles aux États-Unis, est l’incarnation des plus belles années de la comédie hollywoodienne. De ses quarante années de carrière, il donne au cinéma les films les plus représentatifs de son art. En 1976 paraît en France la traduction de son autobiographie : Hollywood Story. Mais quoi de plus suspect qu’une autobiographie ? D’autant qu’elle se double d’un soupçon quant à la thèse avancée par Frank Capra : j’ai été un précurseur du cinéma d’auteur au sein des grands studios hollywoodiens [1920 — 1950]. Pourquoi ne pas accepter de le suivre dans sa description dont le mérite incontestable, au-delà des anecdotes de service, réside dans une topologie assez complète des différentes sphères de l’industrie cinématographique américaine de l’époque ?

Comme il est indiqué dans le titre, cet article inclut des rires en boîte à la demande (RAD). Pourquoi les sitcoms devraient avoir le privilège de cette avancée technologique considérable dans l'instrumentalisation de la réception des produits culturels médiatiques ? Rire n'est plus l'irruption du hoquet d'Aristophane au Banquet des pseudo- philosophes, des faux sérieux et des vrais marionnettes médiatiques, il devient une injonction paradoxale d'évitement sur tous les écrans d'une réalité sociale en crise. Cet article apporte donc sa contribution à l'accompagnement industrialisé d'une recherche universitaire résolument plus fun.

Tyrannie du rire et du fun – Marc HIVER

Comme il est indiqué dans le titre, cet article inclut des rires en boîte à la demande (RAD). Pourquoi les sitcoms devraient avoir le privilège de cette avancée technologique considérable dans l’instrumentalisation de la réception des produits culturels médiatiques ? Rire n’est plus l’irruption du hoquet d’Aristophane au Banquet des pseudo- philosophes, des faux sérieux et des vrais marionnettes médiatiques, il devient une injonction paradoxale d’évitement sur tous les écrans d’une réalité sociale en crise. Cet article apporte donc sa contribution à l’accompagnement industrialisé d’une recherche universitaire résolument plus fun.

Pour les tenants de l'École de Francfort qui ont anticipé <em>a priori</em> le devenir d'une industrie culturelle comme le cinéma, son statut conjoint de septième art est loin d'être établi. On peut démonter les clichés de <em>la machine à fabriquer des saucisses</em>, selon l'expression d'Erich von Stroheim, pour dénoncer le système hollywoodien qui l'avait broyé. <em>A posteriori</em>, des cinéastes diagnostiqueront la mort du cinéma d'art après une période où l'industrie avait besoin de l'invention par les précurseurs de formes esthétiques pour nourrir son langage para-publicitaire esthétisant. Alors, cet article interroge les conflits idéologiques, commerciaux et esthétiques qui ont fait des<em> Rapaces</em> d'Erich von Stroheim un des films martyrs de l'histoire du cinéma... sauvant l'aura du septième art ?

Stroheim : Hollywood, la machine à fabriquer des saucisses – Marc HIVER

Pour les tenants de l’École de Francfort qui ont anticipé a priori le devenir d’une industrie culturelle comme le cinéma, son statut conjoint de septième art est loin d’être établi. On peut démonter les clichés de la machine à fabriquer des saucisses, selon l’expression d’Erich von Stroheim, pour dénoncer le système hollywoodien qui l’avait broyé. A posteriori, des cinéastes diagnostiqueront la mort du cinéma d’art après une période où l’industrie avait besoin de l’invention par les précurseurs de formes esthétiques pour nourrir son langage para-publicitaire esthétisant. Alors, cet article interroge les conflits idéologiques, commerciaux et esthétiques qui ont fait des Rapaces d’Erich von Stroheim un des films martyrs de l’histoire du cinéma… sauvant l’aura du septième art ?

Au moment où des théories complotistes redoublent en intensité sur la Toile dans le sillage des événements récents, Marc Hiver revient sur la généalogie du concept de la Kulturindustrie chez Adorno et Horkheimer, en tissant des liens entre les chapitres disparates de leur livre classique, Dialectique de la Raison. Nietzche, pour qui la mort du Dieu chrétien serait le marqueur d'une crise de la rationalité, est une référence incontournable pour les deux philosophes francfortiens. Marc Hiver conclut que la crise épistémologique de la rationalité doit être analysée du point de vue de la Raison, pas sous la forme d'une pensée irrationnelle, et a fortiori, pas celle des sophistes qui sévissent actuellement sur la Toile.

Kulturindustrie et crise de la rationalité – Marc HIVER

Au moment où des théories complotistes redoublent en intensité sur la Toile dans le sillage des événements récents, Marc Hiver revient sur la généalogie du concept de la Kulturindustrie chez Adorno et Horkheimer, en tissant des liens entre les chapitres disparates de leur livre classique, Dialectique de la Raison. Nietzche, pour qui la mort du Dieu chrétien serait le marqueur d’une crise de la rationalité, est une référence incontournable pour les deux philosophes francfortiens. Marc Hiver conclut que la crise épistémologique de la rationalité doit être analysée du point de vue de la Raison, pas sous la forme d’une pensée irrationnelle, et a fortiori, pas celle des sophistes qui sévissent actuellement sur la Toile.

L’hégémonisme des industriels de la culture musicale et du disque voudrait nous faire prendre ces pulsations idéologiques, non pour ce qu’elles sont : une valeur idéologique, mais pour une scansion naturelle de l’art. Or, ne faut-il voir dans cette rythmique esthétique et sociale qu’une naturalisation industrialisée ?

Pulsation idéologique et industrie culturelle – Marc HIVER

L’hégémonisme des industriels de la culture musicale et du disque voudrait nous faire prendre ces pulsations idéologiques, non pour ce qu’elles sont : une valeur idéologique, mais pour une scansion naturelle de l’art. Or, ne faut-il voir dans cette rythmique esthétique et sociale qu’une naturalisation industrialisée ?

La bande son - et notamment la musique - dans les industries de l'entertainment participe à la prévention des risques commerciaux encourus par les producteurs et les distributeurs en instrumentalisant la réception des images. Dans une double logique économique et esthétique, la musique accompagne non seulement les images mais elle accompagne surtout le spectateur, l’enfermant dans le cadre d’un langage et non pas d’un art, essayant de contrôler les codes et les signes.

Entertainment : instrumentalisation esthétique de la réception – Marc HIVER

La bande son – et notamment la musique – dans les industries de l’entertainment participe à la prévention des risques commerciaux encourus par les producteurs et les distributeurs en instrumentalisant la réception des images. Dans une double logique économique et esthétique, la musique accompagne non seulement les images mais elle accompagne surtout le spectateur, l’enfermant dans le cadre d’un langage et non pas d’un art, essayant de contrôler les codes et les signes.

Comment le jazz « authentique » a donné naissance à un jazz « populaire » (notamment par la médiation du rhythm and blues) puis à une variété jazzy et au rock and roll, bref, à la nouvelle musique populaire américaine ? Et cette musique s’étant exportée, devenant celle de l’américanisation, comment le jazz « populaire » est-il devenu la bande-son de nos sociétés industrielles ? Poser ces questions n’est pas sans intérêt musical, psychologique, sociologique, politique et pas seulement économique dans notre champ interdisciplinaire des industries culturelles.

La Motown : une fabrique de tubes – Marc HIVER

Comment le jazz « authentique » a donné naissance à un jazz « populaire » (notamment par la médiation du rhythm and blues) puis à une variété jazzy et au rock and roll, bref, à la nouvelle musique populaire américaine ? Et cette musique s’étant exportée, devenant celle de l’américanisation, comment le jazz « populaire » est-il devenu la bande-son de nos sociétés industrielles ? Poser ces questions n’est pas sans intérêt musical, psychologique, sociologique, politique et pas seulement économique dans notre champ interdisciplinaire des industries culturelles.

Le webmaster, dans un billet de bonne humeur critique, propose de voir ou revoir quelques films qui ont marqué à Hollywood la prégnance de cette fête dans sa mythologie en direction des enfants et des grands enfants que nous serions (ainsi que quelques séries ou sitcoms TV), nous plongeant finalement au cœur d'une autre facette des industries culturelles. En exergue, quelques liens pour faire le point sur la légende américaine publicitaire à propos du Père Noël/Santa Claus. En bonus/archive, un des premiers films de l’histoire du cinéma qui décline en 9 mn les codes de la nuit de Noël autour du personnage du Père Noël : The Night Before Christmas, produit par Thomas Edison en 1908.

Noël – De la neige à Hollywood – billet du webmaster

Le webmaster, dans un billet de bonne humeur critique, propose de voir ou revoir quelques films qui ont marqué à Hollywood la prégnance de cette fête dans sa mythologie en direction des enfants et des grands enfants que nous serions (ainsi que quelques séries ou sitcoms TV), nous plongeant finalement au cœur d’une autre facette des industries culturelles. En exergue, quelques liens pour faire le point sur la légende américaine publicitaire à propos du Père Noël/Santa Claus. En bonus/archive, un des premiers films de l’histoire du cinéma qui décline en 9 mn les codes de la nuit de Noël autour du personnage du Père Noël : The Night Before Christmas, produit par Thomas Edison en 1908.

S’il est un lieu commun théorique bien ancré, c’est celui de la distinction fond/forme.  Le remettre en cause implique une prise en compte de la dimension esthétique qui ne réduise pas le travail de la forme à une mise en forme, une sorte d'in-formation. Étudier l'articulation entre dimension esthétique et dimension sociologique dans une œuvre artistique - par rapport aux logiques et enjeux des produits culturels - revient à s'interroger sur la circulation d’objets énigmatiques bouleversant le modèle simpliste d'une communication créative à message - de type publicitaire - ou à thèse .

Forme esthétique et contenu [social] sédimenté – Marc HIVER

S’il est un lieu commun théorique bien ancré, c’est celui de la distinction fond/forme. Le remettre en cause implique une prise en compte de la dimension esthétique qui ne réduise pas le travail de la forme à une mise en forme, une sorte d’in-formation. Étudier l’articulation entre dimension esthétique et dimension sociologique dans une œuvre artistique – par rapport aux logiques et enjeux des produits culturels – revient à s’interroger sur la circulation d’objets énigmatiques bouleversant le modèle simpliste d’une communication créative à message – de type publicitaire – ou à thèse .

Si les études sur la personnalité autoritaire se sont inspirées de la structure masochiste développée par la propagande fasciste, elles ont peu à peu été appliquées à un contexte apparemment beaucoup moins dramatique, mais pour T.W. Adorno tout aussi insidieux : l'industrialisation et la marchandisation de la culture au cœur-même de nos démocraties révélant leur côté obscur, démagogique. Tenter de contrôler de l'intérieur le bon plaisir, l'imaginaire, la part de rêve et d'utopie du consommateur de biens culturels, est un enjeu idéologique qui traverse les sphères esthétique, sociale et politique.

Imaginaire, rêve et plaisir – Marc HIVER

Si les études sur la personnalité autoritaire se sont inspirées de la structure masochiste développée par la propagande fasciste, elles ont peu à peu été appliquées à un contexte apparemment beaucoup moins dramatique, mais pour T.W. Adorno tout aussi insidieux : l’industrialisation et la marchandisation de la culture au cœur-même de nos démocraties révélant leur côté obscur, démagogique. Tenter de contrôler de l’intérieur le bon plaisir, l’imaginaire, la part de rêve et d’utopie du consommateur de biens culturels, est un enjeu idéologique qui traverse les sphères esthétique, sociale et politique.

Interroger l’analogie entre le mouvement de l’image et le mouvement en musique revient à opérer la critique d’une évidence du sens commun cinéphilique et des pratiques musicales de l'industrie culturelle cinématographique.  Inverser le rapport du son (surtout de la musique) et de l’image dans une sorte de renversement copernicien, impliquant que c’est l’image qui tournerait autour du son et pas l’inverse, remettrait in fine en cause le dogme toujours en vigueur d’un « monde des images ».

Le mouvement : la question en musique et au cinéma – Marc HIVER

Interroger l’analogie entre le mouvement de l’image et le mouvement en musique revient à opérer la critique d’une évidence du sens commun cinéphilique et des pratiques musicales de l’industrie culturelle cinématographique. Inverser le rapport du son (surtout de la musique) et de l’image dans une sorte de renversement copernicien, impliquant que c’est l’image qui tournerait autour du son et pas l’inverse, remettrait in fine en cause le dogme toujours en vigueur d’un « monde des images ».

Quel bénéfice peut-on escompter d’une approche des cultures dites numériques au travers du filtre des industries culturelles ? Comment le champ interdisciplinaire de recherche sur les industries culturelles, par son invite au retour à une analyse critique plus radicale de l’industrialisation et de la marchandisation de la culture, pourrait-il nous donner des clefs pour comprendre et analyser les nouvelles pratiques numériques et les nouveaux dispositifs d’accès à l’information ?

La culture numérique au risque de la théorie critique des industries culturelles – Marc HIVER

Quel bénéfice peut-on escompter d’une approche des cultures dites numériques au travers du filtre des industries culturelles ? Comment le champ interdisciplinaire de recherche sur les industries culturelles, par son invite au retour à une analyse critique plus radicale de l’industrialisation et de la marchandisation de la culture, pourrait-il nous donner des clefs pour comprendre et analyser les nouvelles pratiques numériques et les nouveaux dispositifs d’accès à l’information ?

Les nouvelles images prétendent tout montrer dans le cadre idéologique d'un pseudo-monde des images. Or les trous et l’aveuglement y sont pourtant aussi indissociables car on ne peut abstraire l’image du regard porté sur elle par les auteurs ou les spectateurs. Mais parler de ce rapport en ces termes implique un goût du paradoxe et d'une dialectique négative.

Trou dans l’image et question de l’aveuglement – Marc HIVER

Les nouvelles images prétendent tout montrer dans le cadre idéologique d’un pseudo-monde des images. Or les trous et l’aveuglement y sont pourtant aussi indissociables car on ne peut abstraire l’image du regard porté sur elle par les auteurs ou les spectateurs. Mais parler de ce rapport en ces termes implique un goût du paradoxe et d’une dialectique négative.