Articles à la une Archive

Avril 2018 Contenu : 1 Les marketeurs et les goûts des « Millennials » 1.1 Consommer, une expérience à diffuser 2 La nouvelle application de Spotify occulte les artistes et les titres 2.1 Les difficultés de Pandora, radio en ligne 3 Les chaînes de télévision en France tentent de garder les jeunes 3.1 Consommer des contenus télévisés en ligne 4 Les franchises, une stratégie à double tranchant pour Disney 5 Canal + cherche son salut en Afrique francophone et en Asie 6 Les plates-formes vidéo chinoises affichent leurs ambitions 6.1 Standardisation de la forme et du genre

Actualités des industries culturelles et de communication #63, avril 2018

Avril 2018 Contenu : 1 Les marketeurs et les goûts des « Millennials » 1.1 Consommer, une expérience à diffuser 2 La nouvelle application de Spotify occulte les artistes et les titres 2.1 Les difficultés de Pandora, radio en ligne 3 Les chaînes de télévision en France tentent de garder les jeunes 3.1 Consommer des contenus télévisés en ligne 4 Les franchises, une stratégie à double tranchant pour Disney 5 Canal + cherche son salut en Afrique francophone et en Asie 6 Les plates-formes vidéo chinoises affichent leurs ambitions 6.1 Standardisation de la forme et du genre

Cette critique du livre de François Chesnais, <em>Finance Capital Today : Corporation and Banks in the Lasting Global Slump</em>, a été posté par Tony Norfield sur son blog <em>The Economics of Imperialism</em>, le 24 novembre 2016.  Le texte est publié dans la <em>Web-revue</em> avec sa permission. Le texte expose de manière claire et concise les principales contradictions du capitalisme contemporain, notamment celles du système financier.

Les créances financières sur l’économie mondiale (le capital fictif) – Tony NORFIELD

Cette critique du livre de François Chesnais, Finance Capital Today : Corporation and Banks in the Lasting Global Slump, a été posté par Tony Norfield sur son blog The Economics of Imperialism, le 24 novembre 2016. Le texte est publié dans la Web-revue avec sa permission. Le texte expose de manière claire et concise les principales contradictions du capitalisme contemporain, notamment celles du système financier.

Que les développements de la science inspirent la science-fiction n’a rien de nouveau. L’imaginaire que véhicule l’idée d’une intelligence artificielle s’épanouit depuis plus d’un demi-siècle au moins, navigant au gré des innovations introduites par les technologies de l’information et les des transformations qu’elles mettent en œuvre dans la science comme dans la vie quotidienne de chacun d’entre nous (au moins dans les pays riches). Que se passe-t-il donc pour que rapports et ouvrages sur l’intelligence artificielle se succèdent aujourd’hui sur ce thème ? Sans doute les retombées économiques attendues et les problèmes éthiques qu’elles soulèvent y sont pour l’essentiel.

De la science-fiction à la science : le mythe de la singularité – Laurence FAVIER

Que les développements de la science inspirent la science-fiction n’a rien de nouveau. L’imaginaire que véhicule l’idée d’une intelligence artificielle s’épanouit depuis plus d’un demi-siècle au moins, navigant au gré des innovations introduites par les technologies de l’information et les des transformations qu’elles mettent en œuvre dans la science comme dans la vie quotidienne de chacun d’entre nous (au moins dans les pays riches). Que se passe-t-il donc pour que rapports et ouvrages sur l’intelligence artificielle se succèdent aujourd’hui sur ce thème ? Sans doute les retombées économiques attendues et les problèmes éthiques qu’elles soulèvent y sont pour l’essentiel.

Cet article propose de revenir sur un autre pan des liens entre femmes et médias : celui de l’histoire, qui se révèle à l’étude très conflictuelle, de l’affirmation des femmes dans les industries de séries télévisées, affirmation qui a pu se faire à la fois via des figures importantes (comme Lucille Ball ou Roseanne Barr), mais aussi par des effets industriels plus ambigus (effets de concurrence, audiences de niche, ciblage des annonceurs).

Création féminine et séries télévisées : discours de subalternes et réappropriations par l’industrie – Céline MORIN

Cet article propose de revenir sur un autre pan des liens entre femmes et médias : celui de l’histoire, qui se révèle à l’étude très conflictuelle, de l’affirmation des femmes dans les industries de séries télévisées, affirmation qui a pu se faire à la fois via des figures importantes (comme Lucille Ball ou Roseanne Barr), mais aussi par des effets industriels plus ambigus (effets de concurrence, audiences de niche, ciblage des annonceurs).

La lisibilité d’un film participe dans l’industrie culturelle cinématographique et notamment hollywoodienne à dissiper l’angoisse commerciale qui taraude tout producteur. Est-ce que les informations verbales, gestuelles, scénographiques, sonores seront bien compréhensibles pour le spectateur ? Lui communiqueront-elles les émotions que ce spectateur est venu chercher en achetant son billet ? La notion de <em>langage est</em> ancrée au cœur d’une certaine sémiotique appliquée et même du débat général sur l'industrie cinématographique.

Lisibilité filmique et industrie cinématographique – Marc HIVER

La lisibilité d’un film participe dans l’industrie culturelle cinématographique et notamment hollywoodienne à dissiper l’angoisse commerciale qui taraude tout producteur. Est-ce que les informations verbales, gestuelles, scénographiques, sonores seront bien compréhensibles pour le spectateur ? Lui communiqueront-elles les émotions que ce spectateur est venu chercher en achetant son billet ? La notion de langage est ancrée au cœur d’une certaine sémiotique appliquée et même du débat général sur l’industrie cinématographique.

Rejetant le déterminisme simpliste du modèle marxiste d'une base économique et une suprastructure politique et culturelle, Armand Mattelart a forgé le concept de « communication-monde » comme un développement synchronique de Braudel et de Wallerstein, dont les travaux sont plutôt limités à la sphère économique. Cela induit Armand Mattelart à redéfinir la communication comme une culture plurivoque de médiation, qui rend possible la gestion des rapports sociaux bien en amont des rapports de force manifestes, d'où l'importance de la communication de guerre comme modèle de base.

« La communication-monde » : une interview avec Armand MATTELART

Rejetant le déterminisme simpliste du modèle marxiste d’une base économique et une suprastructure politique et culturelle, Armand Mattelart a forgé le concept de « communication-monde » comme un développement synchronique de Braudel et de Wallerstein, dont les travaux sont plutôt limités à la sphère économique. Cela induit Armand Mattelart à redéfinir la communication comme une culture plurivoque de médiation, qui rend possible la gestion des rapports sociaux bien en amont des rapports de force manifestes, d’où l’importance de la communication de guerre comme modèle de base.

L’originalité de « Falling Skies » est le rapport entretenu avec l’histoire, en particulier l’histoire américaine. D’ailleurs, pendant tout le développement du projet, la série s'appelait « Concord ». Ce titre renvoie aux batailles de Lexington et de Concord (1775), qui marquaient le début de la Guerre d'indépendance. Finalement, Spielberg a pensé que « la chute des cieux » était un titre plus en phase avec l'esprit du projet. Et si l'équipe de production a changé quasiment chaque saison, rendant les personnages de moins en moins cohérents, une des constantes de la série reste son rapport à l’histoire.

« Falling Skies », la leçon d’histoire – Anne-Lise MELQUIOND

L’originalité de « Falling Skies » est le rapport entretenu avec l’histoire, en particulier l’histoire américaine. D’ailleurs, pendant tout le développement du projet, la série s’appelait « Concord ». Ce titre renvoie aux batailles de Lexington et de Concord (1775), qui marquaient le début de la Guerre d’indépendance. Finalement, Spielberg a pensé que « la chute des cieux » était un titre plus en phase avec l’esprit du projet. Et si l’équipe de production a changé quasiment chaque saison, rendant les personnages de moins en moins cohérents, une des constantes de la série reste son rapport à l’histoire.

Cette interview, parue en avril 2013 sur le site The Charnel House dédié aux questions d'esthétique et de marxisme, est traduite par David Buxton pour la Web-revue. Né à New York en 1988 de père américain et de mère coréenne, et formé à l'université de Vanderbilt (Nashville, Tennessee), et à l'université de Vienne, Whiteside est actuellement assistant du célèbre chef d'orchestre Michael Tilson Thomas à la New World Symphony (Miami). Il a été le récipient de nombreux prix et de bourses, et a fondé la Nashville Sinfonietta. Il est aussi violiste et pianiste.

Interview de Dean WHITESIDE, chef d’orchestre, sur la musicologie marxienne

Cette interview, parue en avril 2013 sur le site The Charnel House dédié aux questions d’esthétique et de marxisme, est traduite par David Buxton pour la Web-revue. Né à New York en 1988 de père américain et de mère coréenne, et formé à l’université de Vanderbilt (Nashville, Tennessee), et à l’université de Vienne, Whiteside est actuellement assistant du célèbre chef d’orchestre Michael Tilson Thomas à la New World Symphony (Miami). Il a été le récipient de nombreux prix et de bourses, et a fondé la Nashville Sinfonietta. Il est aussi violiste et pianiste.

Jason Read est un jeune philosophe universitaire américain, spécialiste de Marx, Spinoza et Deleuze. Depuis 2006, il tient un blog intitulé <em>unemployed negativity</em> où il parle de ses lectures, commente l’actualité, et livre aussi ses impressions sur des films et des séries populaires. Depuis quelques années, les philosophes ont investi le terrain des cultural studies, de la pop culture.

Quatre textes sur les films de super-héros – Jason READ

Jason Read est un jeune philosophe universitaire américain, spécialiste de Marx, Spinoza et Deleuze. Depuis 2006, il tient un blog intitulé unemployed negativity où il parle de ses lectures, commente l’actualité, et livre aussi ses impressions sur des films et des séries populaires. Depuis quelques années, les philosophes ont investi le terrain des cultural studies, de la pop culture.

Tenter la définition précise de ce qu’est le design sonore n’est pas chose aisée, tant celui-ci touche à des domaines différents de l’audiovisuel, sans pour autant transparaître de manière évidente, à moins d’être un peu au fait des processus techniques utilisés pour sa mise en œuvre. Cet article s’appuie sur quelques exemples significatifs.

Le design sonore – Jean-Baptiste FAVORY

Tenter la définition précise de ce qu’est le design sonore n’est pas chose aisée, tant celui-ci touche à des domaines différents de l’audiovisuel, sans pour autant transparaître de manière évidente, à moins d’être un peu au fait des processus techniques utilisés pour sa mise en œuvre. Cet article s’appuie sur quelques exemples significatifs.