Articles à la une
Juin 2018 Contenu : 1 Le déclin des musiciens de studio 2 Le nombre d'abonnés de Netflix progresse toujours 2.1 Entretien avec Ted Sarandos 2.2 Une destruction de valeur ? 3 Netflix à la conquête des marchés européens et mondiaux 4 « Marx avait raison », un spectacle télévisé chinois 5 Spotify pénalise les artistes au comportement jugé nocif ou haineux

Actualités des industries culturelles et de communication #65, juin 2018

Juin 2018 Contenu : 1 Le déclin des musiciens de studio 2 Le nombre d’abonnés de Netflix progresse toujours 2.1 Entretien avec Ted Sarandos 2.2 Une destruction de valeur ? 3 Netflix à la conquête des marchés européens et mondiaux 4 « Marx avait raison », un spectacle télévisé chinois 5 Spotify pénalise les artistes au comportement jugé nocif ou haineux

Le texte suivant est composé des notes prises par Hans Georg Backhaus lors du séminaire d'été d'Adorno en 1962 consacré à Marx. Elles ont été publiées en annexe au livre classique de Backhaus, Dialektik der Wertform : Untersuchungen zur marxschen Ökonomiekritik (non traduit en français). C'est David Buxton qui a traduit ces notes à partir d'une traduction anglaise anonyme qui se présente elle-même comme « grossière ». Elle fut postée en 2012 par Chris O'Kane, qui promet la publication à venir d'une version améliorée, mais au moment où David Buxton traduit, celle-ci n'a pas vu le jour.

Sur Marx et les concepts de base de la théorie sociologique – Theodor W. ADORNO

Le texte suivant est composé des notes prises par Hans Georg Backhaus lors du séminaire d’été d’Adorno en 1962 consacré à Marx. Elles ont été publiées en annexe au livre classique de Backhaus, Dialektik der Wertform : Untersuchungen zur marxschen Ökonomiekritik (non traduit en français). C’est David Buxton qui a traduit ces notes à partir d’une traduction anglaise anonyme qui se présente elle-même comme « grossière ». Elle fut postée en 2012 par Chris O’Kane, qui promet la publication à venir d’une version améliorée, mais au moment où David Buxton traduit, celle-ci n’a pas vu le jour.

Le 3 juillet 2013, Jensen Suther, doctorant en littérature comparée à l’université de Yale, a interviewé le philosophe Axel Honneth, directeur de l’Institut de Recherche sociale à Francfort, pour le compte de <em>Platypus Review</em>, revue américaine de théorie néomarxiste en dehors de l’institution universitaire. Ce qui suit est une transcription éditée de leur discussion, focalisée sur la question de la réification, la transformation d’une idée n’existant qu’au niveau abstrait en une « chose » matérielle. L’interview a été traduite de l'anglais par David Buxton pour la Web-revue.

Sur la réification : une interview avec Axel HONNETH

Le 3 juillet 2013, Jensen Suther, doctorant en littérature comparée à l’université de Yale, a interviewé le philosophe Axel Honneth, directeur de l’Institut de Recherche sociale à Francfort, pour le compte de Platypus Review, revue américaine de théorie néomarxiste en dehors de l’institution universitaire. Ce qui suit est une transcription éditée de leur discussion, focalisée sur la question de la réification, la transformation d’une idée n’existant qu’au niveau abstrait en une « chose » matérielle. L’interview a été traduite de l’anglais par David Buxton pour la Web-revue.

Sollicité par David Buxton pour la Web-revue, Alexander Neumann, professeur d'information-communication à l'université de Paris 8, et membre du CEMTI, répond à l'interview d'Axel Honneth dans le présent numéro. Neumann est directeur de la revue critique <em>Variations</em>, et l'auteur, entre autres livres, d'<em>Après Habermas. La théorie critique n'a pas dit son dernier mot </em>(Éditions Delga, 2015).

Répliquer à Axel Honneth – Alexander NEUMANN

Sollicité par David Buxton pour la Web-revue, Alexander Neumann, professeur d’information-communication à l’université de Paris 8, et membre du CEMTI, répond à l’interview d’Axel Honneth dans le présent numéro. Neumann est directeur de la revue critique Variations, et l’auteur, entre autres livres, d’Après Habermas. La théorie critique n’a pas dit son dernier mot (Éditions Delga, 2015).

Cette critique du livre de François Chesnais, <em>Finance Capital Today : Corporation and Banks in the Lasting Global Slump</em>, a été posté par Tony Norfield sur son blog <em>The Economics of Imperialism</em>, le 24 novembre 2016.  Le texte est publié dans la <em>Web-revue</em> avec sa permission. Le texte expose de manière claire et concise les principales contradictions du capitalisme contemporain, notamment celles du système financier.

Les créances financières sur l’économie mondiale (le capital fictif) – Tony NORFIELD

Cette critique du livre de François Chesnais, Finance Capital Today : Corporation and Banks in the Lasting Global Slump, a été posté par Tony Norfield sur son blog The Economics of Imperialism, le 24 novembre 2016. Le texte est publié dans la Web-revue avec sa permission. Le texte expose de manière claire et concise les principales contradictions du capitalisme contemporain, notamment celles du système financier.

Que les développements de la science inspirent la science-fiction n’a rien de nouveau. L’imaginaire que véhicule l’idée d’une intelligence artificielle s’épanouit depuis plus d’un demi-siècle au moins, navigant au gré des innovations introduites par les technologies de l’information et les des transformations qu’elles mettent en œuvre dans la science comme dans la vie quotidienne de chacun d’entre nous (au moins dans les pays riches). Que se passe-t-il donc pour que rapports et ouvrages sur l’intelligence artificielle se succèdent aujourd’hui sur ce thème ? Sans doute les retombées économiques attendues et les problèmes éthiques qu’elles soulèvent y sont pour l’essentiel.

De la science-fiction à la science : le mythe de la singularité – Laurence FAVIER

Que les développements de la science inspirent la science-fiction n’a rien de nouveau. L’imaginaire que véhicule l’idée d’une intelligence artificielle s’épanouit depuis plus d’un demi-siècle au moins, navigant au gré des innovations introduites par les technologies de l’information et les des transformations qu’elles mettent en œuvre dans la science comme dans la vie quotidienne de chacun d’entre nous (au moins dans les pays riches). Que se passe-t-il donc pour que rapports et ouvrages sur l’intelligence artificielle se succèdent aujourd’hui sur ce thème ? Sans doute les retombées économiques attendues et les problèmes éthiques qu’elles soulèvent y sont pour l’essentiel.

Cet article propose de revenir sur un autre pan des liens entre femmes et médias : celui de l’histoire, qui se révèle à l’étude très conflictuelle, de l’affirmation des femmes dans les industries de séries télévisées, affirmation qui a pu se faire à la fois via des figures importantes (comme Lucille Ball ou Roseanne Barr), mais aussi par des effets industriels plus ambigus (effets de concurrence, audiences de niche, ciblage des annonceurs).

Création féminine et séries télévisées : discours de subalternes et réappropriations par l’industrie – Céline MORIN

Cet article propose de revenir sur un autre pan des liens entre femmes et médias : celui de l’histoire, qui se révèle à l’étude très conflictuelle, de l’affirmation des femmes dans les industries de séries télévisées, affirmation qui a pu se faire à la fois via des figures importantes (comme Lucille Ball ou Roseanne Barr), mais aussi par des effets industriels plus ambigus (effets de concurrence, audiences de niche, ciblage des annonceurs).

La lisibilité d’un film participe dans l’industrie culturelle cinématographique et notamment hollywoodienne à dissiper l’angoisse commerciale qui taraude tout producteur. Est-ce que les informations verbales, gestuelles, scénographiques, sonores seront bien compréhensibles pour le spectateur ? Lui communiqueront-elles les émotions que ce spectateur est venu chercher en achetant son billet ? La notion de <em>langage est</em> ancrée au cœur d’une certaine sémiotique appliquée et même du débat général sur l'industrie cinématographique.

Lisibilité filmique et industrie cinématographique – Marc HIVER

La lisibilité d’un film participe dans l’industrie culturelle cinématographique et notamment hollywoodienne à dissiper l’angoisse commerciale qui taraude tout producteur. Est-ce que les informations verbales, gestuelles, scénographiques, sonores seront bien compréhensibles pour le spectateur ? Lui communiqueront-elles les émotions que ce spectateur est venu chercher en achetant son billet ? La notion de langage est ancrée au cœur d’une certaine sémiotique appliquée et même du débat général sur l’industrie cinématographique.

Rejetant le déterminisme simpliste du modèle marxiste d'une base économique et une suprastructure politique et culturelle, Armand Mattelart a forgé le concept de « communication-monde » comme un développement synchronique de Braudel et de Wallerstein, dont les travaux sont plutôt limités à la sphère économique. Cela induit Armand Mattelart à redéfinir la communication comme une culture plurivoque de médiation, qui rend possible la gestion des rapports sociaux bien en amont des rapports de force manifestes, d'où l'importance de la communication de guerre comme modèle de base.

« La communication-monde » : une interview avec Armand MATTELART

Rejetant le déterminisme simpliste du modèle marxiste d’une base économique et une suprastructure politique et culturelle, Armand Mattelart a forgé le concept de « communication-monde » comme un développement synchronique de Braudel et de Wallerstein, dont les travaux sont plutôt limités à la sphère économique. Cela induit Armand Mattelart à redéfinir la communication comme une culture plurivoque de médiation, qui rend possible la gestion des rapports sociaux bien en amont des rapports de force manifestes, d’où l’importance de la communication de guerre comme modèle de base.

L’originalité de « Falling Skies » est le rapport entretenu avec l’histoire, en particulier l’histoire américaine. D’ailleurs, pendant tout le développement du projet, la série s'appelait « Concord ». Ce titre renvoie aux batailles de Lexington et de Concord (1775), qui marquaient le début de la Guerre d'indépendance. Finalement, Spielberg a pensé que « la chute des cieux » était un titre plus en phase avec l'esprit du projet. Et si l'équipe de production a changé quasiment chaque saison, rendant les personnages de moins en moins cohérents, une des constantes de la série reste son rapport à l’histoire.

« Falling Skies », la leçon d’histoire – Anne-Lise MELQUIOND

L’originalité de « Falling Skies » est le rapport entretenu avec l’histoire, en particulier l’histoire américaine. D’ailleurs, pendant tout le développement du projet, la série s’appelait « Concord ». Ce titre renvoie aux batailles de Lexington et de Concord (1775), qui marquaient le début de la Guerre d’indépendance. Finalement, Spielberg a pensé que « la chute des cieux » était un titre plus en phase avec l’esprit du projet. Et si l’équipe de production a changé quasiment chaque saison, rendant les personnages de moins en moins cohérents, une des constantes de la série reste son rapport à l’histoire.

Série feuilletonnante cardinale dans l’histoire des séries, L<em>es Soprano</em> fut comparé à des œuvres appartenant au genre romanesque. Ses deux premières saisons furent projetées et célébrées par le MoMA (<em>The Museum of Modern Art</em>, New York) en février 2001, entrant ainsi dans le panthéon des œuvres d’art de cette institution. Au vu des 71 heures de durée de cette série, peut-on considérer que <em>Les Soprano</em> soit un énorme film, un très long métrage aussi obèse que ses protagonistes ?

« Les Soprano », une œuvre obèse – Aymen GHARBI

Série feuilletonnante cardinale dans l’histoire des séries, Les Soprano fut comparé à des œuvres appartenant au genre romanesque. Ses deux premières saisons furent projetées et célébrées par le MoMA (The Museum of Modern Art, New York) en février 2001, entrant ainsi dans le panthéon des œuvres d’art de cette institution. Au vu des 71 heures de durée de cette série, peut-on considérer que Les Soprano soit un énorme film, un très long métrage aussi obèse que ses protagonistes ?

Jason Read est un jeune philosophe universitaire américain, spécialiste de Marx, Spinoza et Deleuze. Depuis 2006, il tient un blog intitulé <em>unemployed negativity</em> où il parle de ses lectures, commente l’actualité, et livre aussi ses impressions sur des films et des séries populaires. Depuis quelques années, les philosophes ont investi le terrain des cultural studies, de la pop culture.

Quatre textes sur les films de super-héros – Jason READ

Jason Read est un jeune philosophe universitaire américain, spécialiste de Marx, Spinoza et Deleuze. Depuis 2006, il tient un blog intitulé unemployed negativity où il parle de ses lectures, commente l’actualité, et livre aussi ses impressions sur des films et des séries populaires. Depuis quelques années, les philosophes ont investi le terrain des cultural studies, de la pop culture.

Tenter la définition précise de ce qu’est le design sonore n’est pas chose aisée, tant celui-ci touche à des domaines différents de l’audiovisuel, sans pour autant transparaître de manière évidente, à moins d’être un peu au fait des processus techniques utilisés pour sa mise en œuvre. Cet article s’appuie sur quelques exemples significatifs.

Le design sonore – Jean-Baptiste FAVORY

Tenter la définition précise de ce qu’est le design sonore n’est pas chose aisée, tant celui-ci touche à des domaines différents de l’audiovisuel, sans pour autant transparaître de manière évidente, à moins d’être un peu au fait des processus techniques utilisés pour sa mise en œuvre. Cet article s’appuie sur quelques exemples significatifs.

Comment traiter le <em>contenu</em> des magazines de reportages à la télévision d'une manière qui ne tende pas à réduire cette dernière au rôle de simple support ? Comment saisir la spécificité d'une <em>forme</em> qui marie paroles et images ? Poser ces questions d'emblée, c'est prendre conscience à quel point forme et contenu sont indissociables dans le magazine télévisuel.

Le lieu du fantasme : le commentaire sur images dans les magazines de reportage à la télévision française 1960-92 – David BUXTON

Comment traiter le contenu des magazines de reportages à la télévision d’une manière qui ne tende pas à réduire cette dernière au rôle de simple support ? Comment saisir la spécificité d’une forme qui marie paroles et images ? Poser ces questions d’emblée, c’est prendre conscience à quel point forme et contenu sont indissociables dans le magazine télévisuel.

À la veille du premier tour de la présidentielle de 2012 en France, une tentative de contournement par les twittos du code électoral relatif à la communication des résultats. Entre humour potache et rumeurs des twittos de base, mais aussi fuites organisées ou manipulées par des armées de community managers au service des candidats, le site de microblogging Twitter est donc le terrain de jeu de ceux qui croient en une conception de la démocratie directe et participative et des pros qui veulent l'instrumentaliser.

#Radio Londres, irruption du microblogging dans la Présidentielle de 2012 – Laura GOLDBERGER

À la veille du premier tour de la présidentielle de 2012 en France, une tentative de contournement par les twittos du code électoral relatif à la communication des résultats. Entre humour potache et rumeurs des twittos de base, mais aussi fuites organisées ou manipulées par des armées de community managers au service des candidats, le site de microblogging Twitter est donc le terrain de jeu de ceux qui croient en une conception de la démocratie directe et participative et des pros qui veulent l’instrumentaliser.

e-book
Articles plus anciens